Anticancéreux

Traitements anticancéreux par fluoropyrimidines (5-fluorouracile et capécitabine) : nécessité de mesurer l’uracilémie avant tout traitement ! 

 

 

Suite aux travaux de l’ANSM, de l’INCa et de la HAS, le Ministère des Solidarités et de la Santé insiste sur la nécessité de mesurer l’uracilémie chez les patients dont l’activité en DPD (dihydropyrimidine deshydrogénase) n’est pas connue avant tout traitement par chimiothérapies comportant des fluoropyrimidines (5-FU et Capécitabine).

L’objectif est d’éviter certaines toxicités sévères chez les patients déficitaires en DPD, enzyme qui contribue à l’élimination de ces médicaments, en leur proposant un ajustement de la posologie initiale des fluoropyrimidines, sans pour autant impacter l’efficacité du traitement, voire un traitement alternatif en cas de déficit complet.

La recherche systématique de ce déficit avant tout traitement est indispensable, elle est réalisée une seule fois, par simple prise de sang et mesure de l’uracilémie (dosage du taux d’uracile présent dans le sang du patient) demandée par le médecin prescripteur. Une fois l’activité de l’enzyme DPD connue pour un patient donné, il n’est pas nécessaire de la mesurer à nouveau avant chaque cycle de chimiothérapie.

Le dépistage d’un déficit en DPD par mesure de l’uracilémie par CLHP est inscrit à la liste des actes et prestations pris en charge par l’Assurance Maladie.

Afin de garantir que tous les patients concernés bénéficient de ce test avant leur traitement, la prescription et la dispensation en pharmacie hospitalière ou de ville du 5-FU ou de la Capécitabine sont désormais subordonnées à des conditions strictes, en particulier :

- La recherche d’un déficit en DPD a été réalisée (dosage demandé par le médecin prescripteur)

- Le patient a été informé de la mesure de l’uracilémie et du résultat

- Le prescripteur mentionne « Résultats uracilémie pris en compte » sur la prescription

 - Le pharmacien s’assure avant toute dispensation de la réalisation de l’uracilémie et de la prise en compte du résultat par le prescripteur

 

 Rapport HAS - InCa : "RECHERCHE DE DÉFICIT EN DIHYDROPYRIMIDINE DÉSHYDROGÉNASE EN VUE DE PRÉVENIR CERTAINES TOXICITÉS SÉVÈRES SURVENANT

 SOUS TRAITEMENTCOMPORTANT DES FLUOROPYRIMIDINES" décembre 2018

 

 Note d'information N°DGS/PP2/DGOS/PF2/PF4 du 19 mars 2019 relative à la nécessité de mesurer l'uracilémie, chez les patients dont l'activité en DPD n'est pas connue,

avant tout traitement par des pluoropyrimidines (5FU, capécitabine) 

 

 

 

Chimiothérapies orales : Fiches d'information - Bon usage